Le drainage dans les médias

Vendredi, 27 février 2015 
Durée de vie utile pour un drain

Par APCHQ Estrie 

Le drain français a pour rôle principal de capter les eaux souterraines permettant ainsi de réduire ou d'éviter la création de pressions hydrostatiques pouvant être la cause d'infiltrations d'eau. Ce drain doit être installé selon les exigences du Code du Bâtiment.

Le fonctionnement du drain peut cependant être affecté au fil du temps par divers éléments. Certaines déficiences d'installation, telles l'écrasement par de grosses pierres contenues dans la terre de remblai, le mauvais niveau, un recouvrement de pierre concassée insuffisant, les raccords déficients affectent le fonctionnement peu de temps après sa mise en œuvre. On pourrait donc dans ces cas considérer l'installation comme comportant des vices de construction.

Qu'en est-il cependant lorsque le drain fonctionne adéquatement pendant 15, 20 et même 25 ans sans problème et que tout à coup, après de fortes pluies, le sous-sol est inondé ?

Le mauvais fonctionnement du drain peut être attribuable à des éléments qui sont reliés directement à sa durée de vie utile.

En effet, au fil du temps l'eau qui chemine vers le drain transporte de fines particules soit de silt, de sable ou autre qui se déposent à la base du drain et progressivement cette accumulation réduit la capacité drainante du drain (illustration 1).

La présence des descentes de gouttière à proximité des fondations peut contribuer à accélérer le phénomène de dépôt à la base du drain. De plus, les tuyaux de descente ne doivent jamais être raccordées au drain français, ce dernier serait facilement obstrué par l'accumulation de débris ou de feuilles amenés par les tuyaux de descente.

D'autres éléments incontrôlables tels les racines des arbustes ou arbres peuvent jouer les trouble-fêtes (illustrations 2 et 3).

L'aménagement de platebandes au périmètre de la maison et l'installation de système d'irrigation automatique près des fondations sont des éléments qui peuvent également nuire au bon fonctionnement du drain.

Lorsque le drain devient inefficace, l'eau ne pouvant être évacuée s'accumule sous la dalle de béton et crée des pressions ascendantes. L'eau s'infiltre à la jonction de la dalle et des murs ou par les fissures capillaires de la dalle de sous-sol.

Les drains français ont donc une durée de vie utile au même titre que n'importe quel élément du bâtiment.

 

Comment peut-on évaluer cette durée de vie ?

La nature du sol est l'élément principal à considérer. En effet, les sols contenant de fines particules tels les sables fins, les argiles contenant du silt, sont susceptibles d'acheminer plus de particules vers le drain et en affecter la performance (illustration 4).

Les pentes de terrain qui dirigent l'eau de surface vers les fondations, le raccordement et le positionnement des descentes de gouttière sont des éléments à ne pas négliger.

On peut donc affirmer que dans un sol d'argile la durée de vie utile d'un drain varie de 25 à 35 ans.

 

Dans les sables, c'est différent. Dépendamment de la granulométrie, le drain peut se colmater rapidement et même à l'intérieur d'une période aussi courte que 15 ans. Dans de tels cas, on peut prétendre que dans les sables très fins la durée de vie du drain est de 15 à 20 ans tandis que dans les sables grossiers une durée variant entre 20 à 25 ans doit être considérée.

Ces déficiences ne peuvent être considérées comme des déficiences d'installation mais doivent être considérées comme une réduction de performance reliée à la durée de vie utile d'un drain et ce, au même titre que les autres composantes d'un bâtiment.

Afin de prévenir l'obstruction d'un drain et de prolonger sa durée de vie utile, il est conseillé d'en faire l'entretien par un lavage sous pression. Dans le cas d'obstruction, une inspection à l'aide de caméra sera alors recommandée.

 

http://www.estrieplus.com/contenu-drain_apchq-1833-35312.html

Réparer un tuyau sans excavation 

La Presse

 

La chasse d'eau ne fonctionne plus, les toilettes débordent et l'eau, avec toutes sortes de choses innommables, commence à sortir par toutes les ouvertures (les drains de douche, de sol, les toilettes) ou pire encore, vous revenez de quelques jours de vacances et il y a deux pieds d'eau dans le sous-sol... Que faites-vous?

 O.K., pendant quelques secondes, vous avez le droit de paniquer. Puis, opération urgence: on débouche au plus vite. Dans un premier temps, vous appelez votre municipalité ou votre arrondissement pour qu'ils vérifient s'il n'y aurait pas un blocage de l'égout municipal puis, si le problème s'avère être malheureusement le vôtre, contactez un plombier ou plus probablement une compagnie qui se spécialise dans le débouchage d'égout et qui pare au plus pressé en dégageant la voie.

 

Mais débouché ne veut pas dire réglé. Même s'il en coûte quelque 150 $ de plus, il vaut mieux alors accepter qu'une caméra aille vérifier ce qui causait le blocage. Est-ce un drain affaissé, des racines qui auraient pénétré dans le drain et l'auraient bloqué ou quoi encore? Où se situe exactement le problème? Près de la maison? Sous le trottoir? A-t-on affaire à un problème ponctuel ou à une maladie chronique?

 

Ensuite, on appelle le courtier d'assurances pour voir si notre compagnie couvre les dommages. Si vous avez opté pour l'avenant «refoulement d'égout», vous serez minimalement dédommagé pour les dommages causés et les assureurs prendront le nettoyage en charge. Si vous jetez des objets avant que l'assureur ne passe, prenez au moins des photos, conseille Annick Mongeau, porte-parole du Bureau d'assurance du Québec, et essayez de trouver les reçus de ce qui prendra le chemin des déchets.

 

Moisissures et bactéries

 

L'opération nettoyage est primordiale, surtout quand il s'agit d'eau contenant des matières fécales car on parle alors non seulement de moisissures mais aussi de bactéries. Il ne suffit donc pas de sécher. Le bois, le gypse contaminés doivent carrément être jetés alors que les carrelages doivent être soigneusement désinfectés.

 

Si le drain principal doit être remplacé, il faut faire appel à un excavateur. «Vous pouvez demander conseil à la municipalité, qui peut vous orienter vers des compagnies responsables, explique Stéphane Desormiers, de Desormiers Excavation, qu'il dirige avec son père Fernand et sa soeur Annie. Comme les coûts sont importants (quelques milliers à plusieurs milliers de dollars), il faut minimalement demander trois soumissions, choisir un entrepreneur digne de confiance et vérifier s'il est bien assuré pour des dommages éventuels qu'il pourrait causer.»

 

Si vous êtes chanceux et que vous possédez une unifamiliale ou un édifice de quatre logements ou moins, on pourra peut-être procéder par insertion, en insérant, justement, un tuyau de 4 pouces dans l'ancienne conduite de 6 pouces: «C'est merveilleux, explique Fernand Desormiers. Un peu comme en médecine, c'est une façon de passer par les voies naturelles, en faisant le moins de dommages possibles.»

 

Au lieu des anciens matériaux, comme la fonte ou le ciment, le nouveau drain sera en PVC, un peu comme vos meubles de patio, mais en plus résistant encore. Le PVC n'étant pas du tout flexible, on ne peut toutefois pas le poser ainsi dans un drain où il y a un coude ou une courbe. L'insertion, si elle est réussie, peut toutefois limiter les dégâts, qu'il s'agisse de la rue, du trottoir ou du paysagement.

 

 

Éviter les dégâts d'eau avec un dispositif antirefoulement

Publié le 25 février 2014

http://www.journalhabitation.com/

 

Les inondations au sous-sol représentent la principale source de réclamations auprès des assureurs. Bien des gens qui ont aménagé leur sous-sol à grands frais restent marqués à la suite d'un refoulement d'égout et se prennent à surveiller le sous-sol quand la pluie tombe dru.

Qu'arrive-t-il dans de tels cas? Lors de pluies diluviennes, les systèmes pluviaux municipaux ne peuvent plus absorber le trop-plein et refoulent l'eau qui trouvera son chemin dans la maison. Ce sont alors les appareils de plomberie au-dessous du niveau de la rue qui risquent de déborder. Dans le cas de maisons à toit plat muni d'un drain, la pluie s'engouffre dans le drain et peut se buter contre l'eau de refoulement du système municipal : les appareils à l'étage peuvent alors déborder.

Autre scénario : toujours la pluie, mais cette fois les drains français sur le pourtour de la maison l'acheminent vers un puisard muni d'une pompe et si la pompe ne part pas (lors d'une panne électrique, par exemple), l'eau peut encore s'accumuler au sous-sol.

Un simple système mécanique permet d'éviter bien des déboires : le dispositif antirefoulement. Après des sinistres à répétition, votre assureur peut exiger l'installation d'un tel dispositif, une note salée, car bien souvent il faut briser la dalle de plancher pour ce faire. Devenu la norme en nouvelle construction, le dispositif ne se retrouve pas nécessairement dans les maisons de plus de 40 ans.

 

Deux types de dispositif

On distingue deux types de dispositif : le dispositif normalement ouvert et le dispositif normalement fermé. Dans le cas d'une habitation unifamiliale, le dispositif normalement «ouvert» prévaut. Le fonctionnement en est simple : un clapet laisse sortir l'eau de la maison, mais se soulève pour l'empêcher d'entrer en cas de refoulement. Dans le cas d'une habitation à logements multiples, on se sert plutôt du dispositif normalement «fermé», car le voisin du haut pourrait vider son bain au moment du refoulement, ce qui pourrait aggraver le problème. Il pourrait s'agir d'un branchement en T sur la colonne de chute (sous le plancher du rez-de-chaussée) qui détourne l'eau vers l'extérieur.

Ces dispositifs demandent cependant un minimum d'entretien, car avec les années, le savon et les débris, ils peuvent s'obstruer. « Les autorités municipales arguent souvent le manque d'entretien dans les cas qui parviennent à la cour », explique notre expert. Il existe un bouchon de regard qui permet justement de s'assurer que le mécanisme fonctionne bien et qu'il n'est pas rouillé. Malheureusement, à la suite de rénovations, il peut parfois devenir plus difficile d'accès.

 

Ballon novateur

Une nouvelle technologie a vu le jour récemment qui ne nécessite aucun entretien et s'autonettoie. Muni d'un panneau de contrôle et de sondes, il s'agit d'un ballon électropneumatique qui se déploie en cas de refoulement et se moule aux irrégularités des tuyaux. Il assure donc une bien meilleure étanchéité et résiste beaucoup mieux à la pression de l'eau. Le grand avantage : il n'est pas nécessaire de briser la dalle de plancher pour l'installer.